Légende

Contes défaits en forme de liste de course

Catherine Gil Alcala

Publication aux Éditions La Maison brûlée en novembre 2016 dans l'ouvrage Zoartoïste et autres textes.

 

Extraits du texte :

Autrefois princesse enchantée désenchantée … Conte de faits délictueux, genèse des anges ou parlote de bègue ?

Ode amère ou sérénade serinée de sirène ?

Noyée dans une flaque de larmes océaniennes, si petite reine à l’hyménée muette dansant le menuet avec l’amour aveugle .

Au royaume des malentendus …

Berceuse pour crécelle et hautbois bourdonnant, abeille dans l’oreille poissée d’un dément,

Au bois dormant abhorrer ses sommeils perclus,

(…)

Sainte nitouche sans foi, il était une fois …

Dans ses marais agenouillé regard merlan, merle chanteur dans une cage enneigée,

Dans les ciels des sortilèges, signes interstitiels du sens, sourires plein de poussières dans les fissures,

Sorcières coulant des fistules de l’azur, déféquées de la fabulosité pestilentielle des astres.

Sur l’écorce terrestre corsetée d’éther,

L’homme à demi-mort , à pleines dents, à grandes enjambées dans le siphon entre la vie et la mort, « l’ainsi font » des petites marionnettes .

Dans un jardin en nage Poe est assis poétisant avec un révolver sur la tempe .

Feu-follet de vos décompositions, des spectres jouent du piano désaccordé .

(…)

Squelette de princesse tapie sous la cendre, ressuscitée sur les extrémités des talons aiguilles crissant sur la glace,

Sous le gel incandescent son sexe vermillon.

Belzébuth le boiteux boit de doctes serments enfiellés d’or des mensonges.

Ânonnant ensommeillé sa flamme à sa dulcinée, la larme à l’œil assassine l’amant calciné…

Dondaine dondon de gentilhomme quérulent, rossignolade sur Rossinante, berludondaine de quiproquos et chocs hallucinés.

Sancho Pança hulule et hurle en apesanteur, en apnée , funambule sur sa mule .

Des servantes dans des donjons quiescents chuchotent des complots contre des moulins à vent .

(…)

La jalousie dans le jardin des partouzes d’Alice.

La belle derrière son loup et la bête hébétée d’elle rumine .

Amante ensommeillée les doigts transis de joyaux, la gorge parée de rubis sanglants, morte à mes sempiternels désirs .

Maison close de vos lèvres, entrouvre le palais de ma verge .

(…)

Déesses versifiant des germes enneigés dans des os de baleines,

Hadès déifiant la verroterie des gemmes vertes des géhennes gelées .

Manège de geisha, reine en charmant pelage d’abeille sur un cheval genet.

Autrefois princesse, le prince aux fesses, baisée dans les bois, cramoisi le souffle court, blanche je neige .

(…)