Légende

DOLL'ART

Ou Les Épopées de Pimpesouée

Catherine Gil Alcala

Extraits des poèmes

Les Épopées des poupées

Primesautière potinant dans les pois
Aristotélicienne contemplant le gros orteil
Princesse culottée de pou de soie,
Dans le poudroiement de milles gesticulations
Griffe les poux dans sa tête tignasse d’étoupe
Accroupie sur son bidet à dada se toilette le con dégouttelant
S’apprête, pisse, repète,
Ses phalangettes de baigneur secouent le larmoiement d’urine
S’essuie les lèvres
S’ensuit sa toilette de chat
Indigente au coton tige à la grasse crasseuse
Se dévisage dans le miroir,
S’aspergeant d’une bruine de houppe
Clignant de l’œil aux cyclopes sous cellophane
Gardiens des clefs de ses châteaux de plâtre

(…)

Rit un nadir

(Pamphlet des spectres du soleil pour un théâtre de marionnettes
ou raillerie du néant au crépuscule)

« Lame or ! Tranche à l’heure violette sanguinolente sucette !
L’âme hors ! Ne te relèvera pas !
L’âme or ! Incantatoire !
La mort ! Moelle de mes os !
Encore un instant me fera languir et je lui demanderai encore un sursis un dernier sursaut pour ne pas croire que j’aurais attendu pour rien .
Rit un nadir.
Au coucher du soleil des couples enlacés qui regardent l’amor. »

(Dialogue de marionnettes d’un ton faux)

« – Salut madame comment tu vas pas bien ?

- Appelez-moi « ange de la nuit », le jour je suis un ouistiti.

- Tu étincèles mais le problème c’est que tu n’as pas de cerise sur le gâteau, tu n’es pas humaine.

- Foutez-moi la paix je ne suis pas un arbre fruitier ! »
(…)


Les jeux t’aiment

(comptine pour ton alouette accompagnée de boîte à musique)

« Faisons un jeu
Ce jeu s’appelle :
Jeu t’aime
Jeu t’aime, jeu te hais
Jeu te hais, jeu t’aime
Je t’aime comme tu hais
Jeu thème : Jeu de mort
Le corps morcelé du cadavre érotique
La lame de l’œil tranche
Et les seins, et les seins
Et les hanches, et les hanches
Et les yeux, et les yeux
Et la bouche, et la bouche
Et le dos, et le dos
Et les fesses, et les fesses
Et le sexe, et le sexe. »
(…)


Exorcismes, exhortations des psychismes ou Orphisme anxieux

« Aiguillonner les oreilles, hallucination de gloses ulcérant l’orgueil,

Clouter le mont de Vénus pour faire glouter l’amande velue,

Transpercer le talon d’Achille transfigure un étalon en cacochyme,

Percer sous les aisselles et l’auriculaire, apparaissent les saintes ailes d’icônes oraculaires,

Quatre fines épingles sous la plante du pied droit créent une cacophonie, un bastringue soûlant afin de duper le roi,

Et quatre gros clous sur chaque phalange, Hécate invoque un loup-garou à l’apparence d’archange,

Planter treize pointes moyennes sur le plexus solaire pour entendre les lamentations théorisant le réveil des momies à l’aide d’excentriques ustensiles d’ossuaire. »

(…)