Légende

Les farces philosophiques

Catherine Gil Alcala

 

Publication aux Éditions La Maison brûlée en janvier 2016.


Extraits

L'AMANT INSPIRÉ AU CHANT OUTRÉ, LA GÉANTE À LA NARINE DE CATIN, LE LÉOPARD.

L'AMANT INSPIRÉ AU CHANT OUTRÉ

Trépidant drame des tiques et des ouistitis, je sépare la chair de l'amour des fées !
L'air fâché sous un visage de cendre, j'aimais une dame radine avec un cœur d'automate, et cœtera...

LA GÉANTE À LA NARINE DE CATIN

Revoilà le jeu dévoué de l'amoureux relâché, faisant sa danse !

LE LÉOPARD

Miaou ! C'est un ami à vous ?

LA GÉANTE À LA NARINE DE CATIN

Un matou chouchouté a le chic d'être cruel, en vérité si on l'aime.

L'AMANT INSPIRÉ AU CHANT OUTRÉ

La joute de ton rire, pire que les mots, sidère et accule ! Hautaine au masque de porcelaine qui craque quand tu t'émeus, comme si l'angoisse te morcelait, comme si tu nous révélais que c'est mourir que d'aimer !

LE LÉOPARD

Je vois, vous aimez la chair faisandée !

LA GÉANTE À LA NARINE DE CATIN

Tu m'aimes tel un criminel dans un jeu de quilles.

LE LÉOPARD

Pour ma part, mon seul crime est d'être sensuel !
Ma patte sur toi douce comme l'haleine d'un velours cramoisi !

L'AMANT INSPIRÉ AU CHANT OUTRÉ

Son haleine de fauve pue et il parjure, ce léopard en chaleur, à la vue des ovaires en écailles dans la fente des dames titans !

LA GÉANTE À LA NARINE DE CATIN

Oui, oui, battez-vous !
Je savoure les haines viscérales qu'inspire le commerce aimable des muses.
Sur mes seins comme des poires moelleuses reposera le vainqueur, et le vaincu à mes pieds !

L'AMANT INSPIRÉ AU CHANT OUTRÉ

Pour ma part les deux me plaisent et je rêve de téter votre orteil d'or autant que votre poitrine de camélia !
Ah, ne puis-je à la fois être vainqueur et vaincu ?!
D'autant qu'il y a de grandes jouissances dans la douleur et vice-versa !

LE LÉOPARD

À moins qu'il n'y ait deux vainqueurs et deux vaincus...
Vous pourrez alors vous faire un manteau de fourrure, et un collier ou un jeu d'osselets avec nos restes pour ne pas trop vous morfondre d'ennui.

L'AMANT INSPIRÉ AU CHANT OUTRÉ

Ne pourrions-nous faire une espèce d'arrangement comme un pacte ?
Qu'il soit lui vainqueur sans nous battre, il aura vos seins et moi vos pieds, et quand nous en aurons assez, nous changerons de place et de rôle !
Ceci permettant à tout le monde d'en tirer bénéfice !
Ainsi, vous ne risqueriez pas de vous retrouver seule dans le cas où nous mourions tous les deux.
Et remarquez que dans le cas où l'un de nous gagnait, cela ne vous enlèverait pas le risque d'être abandonnée ensuite !

LE LÉOPARD

Ah, pervers, voilà ta belle raison raisonneuse et tes ruses riquiqui de lâche !
Je vais te croquer comme une friandise, tout enrobé que tu es dans le papier brillant de tes paroles mielleuses !
Ah, tu ne peux suffire à mes désirs insensés de dévorations !

L'AMANT INSPIRÉ AU CHANT OUTRÉ

Voyez ! il se trahit !
Songez que même si vous pouviez l'écraser en un instant de votre orteil fabuleux, il pourrait tenter de vous croquer pendant votre sommeil, si je n'étais là pour vous réveiller !
Songez qu'un amant valeureux n'en est pas moins criminel, et qu'en plus cela n'en fait pas pour autant un étalon ou un Casanova au lit !

LA GÉANTE À LA NARINE DE CATIN

Je comprends que j'ai le choix entre un fauve aux pulsions meurtrières et un lâche masochiste.
Quelle humiliation pour une femme de ma grandeur !

LE LÉOPARD

Oui, mais je suis douillet et chatoyant, je pourrais m'enrouler autour de votre cou l'hiver, cela vous ferait un joli cache-col !
Et vous pourriez me faire limer les griffes et les dents et me tenir en laisse l'été !

L'AMANT INSPIRÉ AU CHANT OUTRÉ

Si vous vous ennuyez, je pourrais vous dire des comptines car je suis poète, et garder votre chat quand vous partez en vacances !
Ainsi, tout est bien qui finit bien, comme dirait Shakespeare !


Page précédente : La Tragédie de l'âne
Page suivante : Mésinterprétation des rêves