Légende

Une Nouvelle ville , vie …

Catherine Gil Alcala

Présenté en janvier 2012 dans le cadre de « Bocal agité » (Gare au Théâtre).

Publication dans la rétrospective des textes écrits lors des trois dernières éditions du Bocal urbain, dans le cadre de “bocal agité” et de “frictions urbaines” en avril 2015.

 

Extrait
1 La ville de l’enfance :
La fantasmagorie :

Il y avait dans la ville un lieu au-delà de la ville dans les paroles hallucinogènes des enfants .
Les villes se corporifiaient , s’enthousiasmaient , frissonnaient dans les terreurs nocturnes , s’évaporaient dans leurs rires , brinquebalaient dans leurs courses !

La pulsion :

Je veux des magasins de bonbons , de manger et de boire ,
un monsieur sur un nuage qui fait du fromage qui neige !
Un mage des orages monstrueux pétant du feu dans les ciels !
Des saucissons dépecés qui tombent d’une espèce de roue qui fait comme ça en tournant des trous !
Des jeux idéaux , pisser dans des piscines !
Commander ! Éructer : NON ! NON ! NON !
Des balançoires de cacas ! Ha ha ha ha ha ha ha ha !!!

L’esprit d’innovation :

J’inventerais en dormant des robots pour faire les corvées , travailler pour nous à l’école ! … Fabriquer des fables pour nous faire rire .
Construirais des cités pavillonnaires impassibles , insonorisées pour les voisins , des centrales mue par l’air célère , clic … clic …
On ne ferait aucun effort superflu sauf pour sucer son pouce et pour l’osmose des moments amusants ! Dans les souterrains , il y aurait un centre commercial avec un four qui dévore le corps des morts avec des flammes en plastique pour les recycler !

L’esthétique :

Il était une fois et il sera pour la deuxième fois des voitures volantes non polluantes vrombissant et vrillant en soufflant vroum , vroum !
Et des trottinettes électriques , des robinetteries éclectiques avec des monstres rigolant dans les baignoires et les lavabos , et à dada sur les bidets !
Des colloques sur les biodynamiques sur les rires innervées , des aires entourées d’espaces verts et d’arbres floraux avec toutes sortes d’oiseaux , des colibris , des perroquets , un lapin , des aigles de mer , des rapaces , des espèces rares de mouettes , des moineaux !
Et des étages de végétations accrochées sur les structures métalliques d’une ancienne école bicentenaire !
Il y aurait des monoprix bercés par des musiques de supermarché aux échos comiques , des troquets pour paresser , des aménagement de jolies pentes alpines , des passages avec des rats , des souris vertes en gélatine , même un ragondin grondant et un croquemitaine soupirant , chuchotant après la dulcinée , des silhouettes amorphes des spectres des moniales la nuit dans les parcs .


Page précédente : Écritures
Page suivante : L'injustice ou la Justine contemporaine